Article mis en avant

The XXIe Conference of Interconfessional Religious CIR 13 – 18 June 2019

The Benedictine Abbey of Montserrat in Catalonia Spain

Our Conference consisted of about 50 men and women religious, from the following Churches: Copts, Ukrainian Orthodox (in France working under the Patriarch of Constantinople). Lutheran, Evangelical Protestant, Anglican and Catholics.

We came from USA, Egypt, Malta, Italy, Spain, Catalonia, France, Switzerland, Belgium, Germany, Sweden and England. We represented Franciscans (Anglican and Catholic), Dominicans, Benedictines (Anglican, Catholic and Lutheran), Missionaries of St. Paul (Catholic) Jesus Brotherhood (Protestant), Sister of Bethany (Anglican), Chemin Neuf (Catholic), Sisters of the Love of God (Anglican), Deaconesses (Protestant), Congregation of Jesus (Catholic), Community of the Resurrection (Anglican), The bearers of Christ (Germany Protestant), Orthodox (Ukraine and France), Copts (Egypt)  and Poor Clares (Anglican).

The group with additions from the Benedictine Montserrat sisters

The theme of this meeting was the Spirituality of Communion. This is something of great interest to those of us who are Religious and belong to the Focolare Movement and have greatly helped by it in different ways. The Focolare movement has as its main aim the fulfilment of Jesus’ words in John Chapter 17 “That All may be One, as I (Jesus) am in you (God the Father) and you are in me”. Therefore it was very appropriate for three of us to be present at the CIR meeting in June at Montserrat. Conrad Sciberras, Missionary of St Paul from Malta and living in Rome; Paolo Cocco ofm from the Venice Region, a Capuchin ecumenical theologian, and myself Jonathan Cotton osb, a Benedictine Parish Priest in the north west of England.

Paolo Cocco ofm, Conrad Sciberras msp, Jonathan Cotton osb

Before arriving I made a note in my diary: There will be about 50 of us there, Catholics, Anglicans, Lutherans, Protestants of various kinds and Orthodox, men and women. Let us hope all this can contribute to the building up of the Unity of the Church.

In his apostolic letter to all consecrated people in the Year for Consecrated Life, November 2014 Pope Francis wrote about Religious: “Be men and women of communion!” and “The old saying will always be true: “Where there are religious, there is joy”. We did enter into communion and we did share much joy. After the meeting was over I found myself repeating and even in my heart singing the Magnificat again and again. Now at the end of the conference I can say that there are a group of men and women religious who have enjoyed a prophetic experience of unity and God willing this lived experience will expand one day to the whole Church.

On a walk in the Montserrat Mountains

Each other year the CIR chooses a different religious institute for the meeting. The criteria for the choice is that we may have a living experience of communion by praying with the local community where we are hosted; by following a particular theme for the event with talks on the theme; and by living together for the 5 days we are together in communion.

Monks at Sunday mass with the choir boys in choir

This simple formula works very well; obviously we “disturb” the host community, but they also have the gift of a group of committed men and women religious coming among them. On this occasion we were guests at the famous Benedictine monastery of Montserrat, the heart of Catalonia and the Abbot welcomed us personally on our arrival. He remembered that he had himself attend one of these CIR conferences in the past, and one of his brothers had pointed out that God would one day ask us if we have prayed, lived for and suffered for the unity of Christians. These words were backed up by the practical welcome into the monastic choir for lauds and vespers daily, and to the Sunday Eucharist among the crowds of people who come each day to this famous shrine and Benedictine monastery. 2½ million people visit Montserrat each year. Furthermore a monk, Fr Charles was deputed to look after us and to attend to our needs. Both he and Fr Barnabas of the Benedictine community spoke to us about the Catalonian Church and the Political situation at present about Catalonia. Both talks were helpful and enlightening, another background context to what we were doing

Montserrat monks singing around the organist in Choir.

Our conference therefore was surrounded by prayer, by prayerful encounters, talks on the subject and much joy and laughter and in an enchanting setting on a spectacular mountain.

Conrad and I visited the famous “Black Madonna” or “La Morenata” joining the long queue on the first night we arrived. We prayed together in Jesus’ name that the Holy Spirit would help us contribute to the unity of our group (cf Mt. 18:19) entrusting our prayer to “La Morenata”.

The talks were all helpful and constructive of our aim which was and remains somehow to become One. After the talks there were language discussion groups which as usual were very helpful both in getting to know others and to promote the unity of the entire group. Also the sharing helped to deepen an understanding of the talk we had just listened to.

One of the language groups: here one of the two English groups

Fr Alexis Mityutn, an Orthodox priest from the Ukraine who had studied in the Orthodox faculty of Paris who is currently ministering in a parish in Toulouse. He was the first to address us about renewal in Orthodox monastic life and parish life. He opened a window into the Orthodox mentality, explaining both the monastic spirituality that underpins the whole of Orthodoxy, for monks, nuns and laity and how they are inter-related. The Fathers of the Church who breathed the life of communion are living teachers today for this spiritual tradition in Orthodoxy and he explained how within their one monastic religious life there was a lot of flexibility. Monks or nuns could become missionaries, or teachers, helping the poor or contemplatives with the support of what the Holy Spirit inspired them to do or they were asked to do by their superior or Bishop. In fact it was implied the possibilities were endless. The variety of religious vocations in the Catholic Church, inspired by the work of the Holy Spirit through a particular founder does not exist in Orthodoxy in the same way. The way Chiara Lubich expressed the nature of Religious Life is that all the religious orders are like different flowers in the same garden, all rooted in the Gospel by the action of the Holy Spirit. The “rooting in the Gospel by the action of the Holy Spirit” is the commonality for all those in Religious or Consecrated life in the Catholic Church.

Fr Charles osb Montserrat and Fr Alexis Mityutn

 

Sister Michaela Koldman, a Catholic Sister of the Ecumenical Community of Jesus Brotherhood with people of different denominations in their community in Germany, gave us a talk on the way to Communion as illustrated by the famous passage in Philippians 2: 1-11. She spoke about being empty of self and allowing Christ to live; overcoming the desperate battle with sin in each person as the way to let Christ be alive in us. She also explained how this same “spirit” helped overcome a descent when the Jesus Brotherhood went down as a group into their shadows and only the reconciliation of Jesus from his emptiness and exaltation lifted them out of that dark place.

Sister Michaela, Jesus bruderschaft

Sister Teresa Forcades i Vila osb is of the Montserrat community of sisters. Her theme was the Glory of God and the Spirituality of Communion. She spoke about the reality of the Trinitarian relationship that Jesus wants us urgently to share as found in John chapter 17. This text is the one that sums up Jesus’ teaching; his final word as he is about to enter his glory (the cross and the glory of God is also the Holy Spirit. Jesus repeats in the short chapter four times a prayer of longing for the whole of humanity; “that they may become one as I (Jesus) and God the father are one”. The unity referred to is utterly intimate, total and yet leaves full space in the relationship to be the other. Her talk was inspirational and she is a very positive force for Religious Life and the Church in the modern world speaking strongly as a feminine theologian. Furthermore her talk led to a lot of animated sharing and reflection together, and in some ways she gave a special tone to the entire conference.

Sister Teresa Forcades i Vila osb

 

Sister Celine Spitz asked the question whether Mary the mother of the Word of God is or is not a path of communion for our Churches. She based her talk on a two year experience of ecumenical encounters in Sweden with members of Catholic, Lutheran and Protestant Churches. The talk was based on the life of Mary as seen in the New Testament, on the Old Testament teaching on Zion, the Holy Mountain and the daughter of Zion and statements of the Creed. I believe in Jesus Christ, born of the Virgin Mary and on the statement of the Domb ecumenical group “On Mary in the Plan of God and in the Communion of Saints”.

Sister Céline Spitz, op.

The one final speaker on our theme was Sister Judith Forrai SLG from the Anglican community in Oxford. Her theme was struggling to understand “What is the Spirituality of Communion?” In her struggle she was enlightening. She quoted St Dorotheus of Gaza (6th Century) that gave us a central point and a direction  to follow: “Imagine the world is a circle; God is the centre and the radii are the different ways human being live. When those who wish to come closer to God walk towards the centre of the circle, they come closer to one another at the same time as to God. They closer they come to God, the closer they come to one other. And the closer they come to one another, the closer they come to God”. She is clear that communion is the work of the Holy Spirit, who creates, is prophetic, drives into the wilderness, sends and guides on mission and above all makes connections which lead to reconciliation and peace.

Sister Judith Forrai slg

 

The experience we enjoyed was much more than the talks. There was also the living together, the visits to various aspects of the Montserrat experience, like the audio-visual presentation, the museum, the meals together, the struggle with languages not understood, the walks over the mountains, the last afternoon and evening with the Montserrat Benedictine Sisters who live in a much smaller set of buildings and where there is much less hustle and bustle that is a constant with the daily visitors to the main monastery. (Though to be fair to the monks of Montserrat, their monastic quarters are a haven of peace).

The Benedictine Sisters Chapel, visiting their garden, some of the food prepared,


Sister Therese op dancing the 9 ways of prayer of St Dominic.

 

One of the best living experiences of communion was helping each other down a narrow, steep and rocky path from one of the ancient hermitages that are scattered over the Mountain on the Sunday afternoon. Three monks accompanied us, and arranged the tickets for the funicular lift to the top. We were able to love each other in practical ways, and that helped to build up the communion.

Coming down the mountain helping each other and great laughter was heard, and relief when they got safely down the difficult steep path.

Relationships with others developed and a growing sense of being in the CIR together for a new future.

No wonder as I reflect on this congress I find myself thanking God and singing the Magnificat in my heart over and over again. I am sure that each of us has their charism from the Holy Spirit that in different ways in different times and in different Churches came on earth. This happened almost always through a particular person, man or woman who is the founder of that institute. The gifts of the Holy Spirit seem to be stronger and more uniting than the divisions are between our Churches. Religious have not just received a consecration from God at their baptism; that consecration is something for all the baptised. What God has allowed to happen in those of us who belong in different Religious institutes is that we have done what Jesus himself did. In John 17: 19 we read; “For their sakes I sanctify myself, so that they also may be sanctified in truth.”  We, men and women Religious and in another sense, priests who are under the Bishop or are ministers in different Churches, have chosen to consecrate ourselves to God extra to the consecration that we already have in Baptism. This is a gift that the Holy Spirit gives and our task is faithfully to respond. We find our communion in that gift, and it is a strong bond, stronger (thanks to the Holy Spirit) than the divisions between the Churches. In that sense we can prophetically witness to the future.

A Dominican, a Benedictine and a young lay girl at the Benedictine Sisters monastery of Montserrat.

 It was something special, a moment both of paradise and of the future of the Church, a moment when certainly I and I suspect many others found a new joy, a new sense of being loved and loving others, a sense of making a contribution for the good of the world we live in, and a re-affirmation of the intrinsic beauty and importance of Consecrated Life in the Church. We have a calling to be disciples of Christ that is one that is not only beautiful but as is stated in the latest document from the Catholic Church “Iuveniscit Ecclesia” (The Church rejuvenates) of May 2016, is “co-essential” alongside the “hierarchy” for the good and renewal of the Church.

Montserrat in the quiet of the evening, visitors gone, lit up by the moon and the street lamps.

MONTSERRAT ! UN SITE MAGNIFIQUE MONTSERRAT ! UN NOM QUI RESONNE, QUI APPELLE, COMME CELUI DE MONTJOIE EN UN AUTRE LIEU DE L’ESPAGNE !

MONTSERRAT ! UN SITE MAGNIFIQUE

MONTSERRAT ! UN NOM QUI RESONNE, QUI APPELLE,

COMME CELUI DE MONTJOIE EN UN AUTRE LIEU DE L’ESPAGNE !

Le comité du CIIR[1] (Congrès Interconfessionnel et international de religieux/ses, fondé en 1977 par le père Martin de Zabala, prêtre de Bilbao) a la joie de vous inviter au 21ème congrès qui se tiendra du jeudi 13 juin au mardi 18 juin 2019 à l’abbaye bénédictine de Montserrat près de Barcelone, sise dans un site magnifique et célèbre par sa Vierge noire, la Moreneta.

Nous sommes une cinquantaine de frères et sœurs qui ont pu répondre à cet appel, venant de divers pays et appartenant à différentes confessions chrétiennes et communautés religieuses.[2]

 

Selon la légende racontée dans le Virolai de Montserrat, chant de louange à la Vierge de Montserrat, des anges découpèrent le massif de Montserrat avec une scie en or (d’où l’étymologie populaire de Montserrat, ‘’Mont-scié’’ car la silhouette dentée du massif évoque la lame dentée d’une scie) pour abriter la statue de la Vierge et l’abbaye. Cette légende est à l’origine du symbole héraldique de Montserrat : une scie, tantôt tenue par des anges et tantôt seule, mais toujours au-dessus d’un dessin de rochers stylisés. Depuis cette légende, dont le récit le plus ancien est un texte daté de 1239, Montserrat est considéré comme un haut lieu du catholicisme tant espagnol que catalan.

 

Le thème de notre rencontre était en harmonie étonnante, et parfaite, avec ce haut-lieu de vie spirituelle habité par les moines dès le IXème siècle, la légende faisant remonter la fondation de l’abbaye en l’an 880 ; et, dès le Moyen-Âge, ce lieu de pèlerinage s’est imposé comme le premier sanctuaire marial de Catalogne

La prière liturgique, l’eucharistie célébrée chaque jour selon la tradition de l’une de nos Eglises, nous ont rassemblés quotidiennement. Si, dans la fidélité de chacun à son Eglise, il ne nous était guère possible de partager le Pain, rien n’empêchait une vraie et profonde communion spirituelle. La fidélité a parfois le prix des larmes ... J’aime évoquer ici ces paroles de l’homélie du pasteur Louis Lévrier, le 20 juillet 1981, au Congrès eucharistique qui se tenait à Lourdes : “Nous voici dans la joie et la douceur de cette prière commune. Dans l’humiliation et dans la souffrance aussi car notre célébration ne s’achèvera pas dans l’Eucharistie.”

Eucharistie luthérienne

Les diverses interventions, qui ont donné lieu à de riches et profonds échanges dans les divers groupes linguistique, nous ont permis au fil des jours d’entrer dans ce mystère de communion auquel nous sommes appelés par notre vocation chrétienne.

  • D’entrée de jeu, le père Alexis dans son intervention, la première de notre rencontre, affirmait :

L’Eglise a comme vocation d’apporter Jésus Christ et sa Bonne Nouvelle à ceux qui cherchent Dieu […]. L’Eglise révèle le Christ vivant et […] l’eucharistie permet d’entrer en pleine communion avec lui.

Etudiant comment, au fil de l’histoire et de difficiles événements historiques, le renouveau spirituel dans les communautés monastiques (poumons de l’Eglise, selon la belle et profonde expression de l’higoumène Elie du monastère de la Transfiguration en France) et les communautés paroissiales ont connu, et vivent, une véritable symbiose, le père Alexis pouvait conclure :

La communion eucharistique révèle la réalité du Christ vivant qui nous appelle à l’unité éternelle avec lui et, par Lui, avec le Père : Que tous soient un comme toi Père tu es en moi et que je suis en toi. Qu’ils soient un afin que le monde croie. (Jn 17, 21). La communion fraternelle et la collaboration entre les monastères et les paroisses permettent un enrichissement mutuel et facilitent l’évangélisation de ceux qui cherchent le chemin de vérité que le Christ a tracé par son Evangile, sa mort et sa résurrection.

Résurrection de Gaudi

  •  La profonde méditation de soeur Michaela ( Jesus bruderschaft) méditant le beau chapitre 2, 1-11 de l’épitre aux Philippiens, a été une profonde réflexion sur la qualité de notre vie, et particulièrement de notre vie communautaire au quotidien. Elle concluait :

Dans chaque célébration eucharistique, nous actualisons la descente de Dieu dans nos abîmes les plus profonds […]. Remercions-le de tout cœur et demandons-lui que sa puissance transformatrice puisse agir infatigablement en nous et entre nous, et nous entrainer sur le chemin de l’unité.

  •  Sœur Teresa Forcades (osb – Montserrat) nous a conduits à une profonde et riche réflexion théologique et méditation spirituelle : ‘’La gloire de Dieu et la spiritualité de communion’’. Un texte à reprendre et à méditer longuement.
  •  En ce haut-lieu marial, comment ne pas évoquer la figure de Marie.

Sœur Céline (sr OP, en Suède) nous a entrainés sur un chemin d’écoute, attentive et sereine, sur une question pouvant apparaitre comme ‘’provoquante’’ selon ses propres paroles : ‘’Marie, spiritualité de communion ?’’ Marie peut-elle être un chemin de communion pour nos Eglises ?

Parcourant le Nouveau et l’Ancien Testament, nous avons été invités à être, ensemble, à l’écoute de la Parole de Dieu. Puis il a été intéressant que soient redits quelques points de la théologie mariale dans l’Eglise catholique l’histoire ayant, au cours des siècles, durci et parfois faussé notre regard.

Une invitation aussi à reprendre et travailler le grand texte du groupe des Dombes, ‘’Marie dans le dessein de Dieu et la communion des saints’’. ‘’Marie, n’a jamais été une cause de séparation entre les Eglises. Bien plutôt, elle en est la victime’’ est-il dit dans la présentation de ce document.

Nous pouvons, au-delà de ces quelques remarques, retenir l’expérience de ce qui se vit en Suède entre catholiques et luthériens depuis deux ans grâce ‘’au climat favorable qui a enveloppé la rencontre du 31 octobre 2016 à Lund à l’occasion des 500 ans de la Réforme. Nous continuons à surfer sur la vague de grâce qui a déferlé ce jour-là !’’

Un appel pour chacun de nous, pour chacune de nos Eglises !

  •  Sœur Judith (anglicane-Love of God – Oxford) à travers des témoignages de vie et quelques textes (notons entre autres Dorothée de Gaza) nous a invités à entrer profondément dans cette spiritualité de communion au cœur même de notre vie de consacré. Elle nous disait :

La bénédiction d’une sœur prononçant ses vœux dans notre communauté dit : ‘’Donne-lui de vivre par la foi enracinée dans l’espérance, d’aimer le monde entier avec une charité sans faille’’. Mon vœu de chasteté me lie à Dieu mais, à travers Dieu, au monde entier.

Au terme de son intervention, elle rappelait l’événement étonnant d’avril 2019 où l’archevêque Justin et le pape François avaient accueilli les chefs religieux et politiques du Sud-Soudan pour deux jours de retraite au Vatican afin de chercher les chemins de la réconciliation et de la paix. C’était là une illustration de ce qu’ARCIC III appelle :

Marcher ensemble signifie que, en tant que compagnons de route, nous soignons les blessures de l’autre et nous nous aimons tels que nous sommes, avec nos blessures. Ce chemin […] est un témoignage puissant et urgent dans le monde de ce que signifie ‘’vivre la différence ensemble afin que les deux s’épanouissent’’.

Le frère Pierre-André, op, notre président entouré des soeurs Demania et Amalia et leur archimandrite copte orthodoxe d’Egypte

Oui, disait ce théologien d’Oxford, Austin Farrer :

Notre religion n’est pas la simple relation de chaque âme avec Dieu. C’est un corps mystique dont nous sommes chacun les membres les uns des autres.

Et sœur Judith achevait son intervention par ces paroles de l’archevêque Justin commentant cette prière, ‘’une prière qui reconnait le passé et le présent, notre péché, et pourtant revient à Dieu qui nous appelle à l’unité car l’unité est la seule manière de vivre une vie digne de l’appel que nous avons reçu’’ :

Seigneur Jésus, qui as prié pour que tous soient un, nous te prions pour l’unité des chrétiens, selon ta volonté et selon tes moyens. Que ton Esprit nous permette de goûter la souffrance qui vient de la division, de voir notre péché et d’espérer au-delà de toute espérance. Amen.

Parmi les interventions nous sommes tous reconnaissants aux frères OSB de Montserrat qui nous ont parlé avec une grande compétence de la Catalogne et de l’Eglise en cette belle et grande région. Qu’ils en soient vivement remerciés.

Richesse de ces grands temps de prière, de ces belles et profondes méditations offertes par plusieurs d’entre nous. Notre rencontre s’est achevée au monastère des sœurs bénédictines de Montserrat. Accueil chaleureux, visite des lieux, célébration des Vêpres. Après un temps festif autour d’un généreux buffet, nous avons chanté ensemble les complies.

Quelle richesse reçue ! Grâce de vivre de tels moments, de telles rencontres.

Le père Martin de Zabala invitait à entendre la parole du Christ à François : “Va et répare mon Eglise”! Nous rentrons chez nous enrichis de tels moments de communion et prêts à mettre en œuvre ces paroles :’’Répare mon Eglise’’, ce qui veut dire pour chacun de nous, pour nos Eglises : ‘’Sois signe de communion là où tu es appelé !’’

C’est encore l’appel des quatre arbres du petit cloître du XIIème : le palmier, le cyprès, l’olivier et le laurier exprimant chacun selon sa nature, sa ‘’grâce’’ et appelant à la prière, au don de soi (la croix), à la paix et à la joie. Ils nous livrent un beau message !

C’est encore, de ce haut-lieu marial, que nous pouvons entendre la Parole de Dieu, source de communion, et que nous sommes invités à mettre en œuvre : Faites tout ce qu’Il vous dira’’. (Jn 2, 5).

Je conclus avec ces paroles d’Olivier Clément dans son livre “Questions sur l’homme” (p. 99) :

Quand il parle de Dieu, c’est un voyageur qui raconte.

Il a fait le chemin et payé le prix du sang.

Une Eglise où il n’y aurait plus de grands moines

menant ce pèlerinage dans les immensités de Dieu,

pour revenir ensuite vers les hommes,

le visage incendié comme celui de Moise descendant du Sinaï,

cette Eglise serait agonisante.

L’Eglise ne se porte bien que si elle a des martyrs ou des moines.

LA ROUTE EST DEVANT NOUS !

 

Sr Dominique. OP.

[1] Dans le souci de permettre aux consacrés de participer activement au mouvement œcuménique, deux types de rencontres sont nées au lendemain du Concile Vatican II. Le CIIR (Congrès International et Interconfessionnel des Religieux/ses) est un organisme fondé en 1977 et animé par le père Martin de Zabala, prêtre catholique, délégué épiscopal pour l’Unité des Chrétiens, du diocèse de Bilbao (Espagne). L’EIIR (Rencontres Internationales Interconfessionnelles des Religieux/ses) : ces rencontres sont nées en 1970, à l’initiative du Métropolite Emilianos Timiadis du Patriarcat de Constantinople et du Père Julian Garcia Hernando du centre œcuménique de Madrid.

Les sessions sont organisées, une année par le CIIR, l’autre année par l’EIIR.

[2] .Nous étions 50 à participer à cette session, venant de 11 pays : Allemagne,  Angleterre, Belgique,  Espagne, France, Suède, Suisse, Italie, Egypte, Etats-Unis, Ukraine

Confessions chrétiennes : Anglicans,  Catholiques, Orthodoxes,  Protestants.

Rencontre du comité du CIIR à Montserrat en juin 2018

Le team du CIIR s’est réuni à Montserrat du 29 au 31 juin 2018 pour préparer la prochaine rencontre de 2019. Nous étions six : Frère Nicolas et frère Jacob de la communauté de la Résurrection à Mirfield, sœur Christine de la communauté de Christusbruderschaft à Selbitz, sœur Paula, osb de Bouzy-la-Forêt, frère Pierre-André, op. de Suède et sœur Thérèse, op de Langeac à nous retrouver dans ce magnifique sanctuaire marial qui va fêter son millénaire.

Nous avons été très bien accueillis par sœur Marie-Benoît, osb, de la communauté bénédictine Sant Benet (à 6 km en contrebas des frères) et par Frère Carlos, osb, de la communauté de Montserrat. Ils sont nos référents pour notre prochaine rencontre. Ils étaient présents à tous nos travaux.

Les frères avaient prévu de nous réunir dans leurs murs pour que nous soyons au calme, loin des nombreux pèlerins qui circulent toute la journée dans le sanctuaire. Nous avons eu 3 rencontres de travail pour définir le thème, le déroulement des journées et les différents aspects logistiques.

La participation aux offices avec la communauté de Montserrat, le chant de la manécanterie des enfants, la prière dans la chapelle de la Vierge Noire, la visite du musée introduite par frère Jusepe, la récréation chez les sœurs et les possibilités de promenades promettent un climat propice à un beau congrès.

Nous pouvons déjà vous en donner les dates : du jeudi 13 au mardi 18 juin 2019 et le thème: « la spiritualité de communion ». Les invitations seront envoyées cet été.

Nous comptons sur votre prière pour finaliser ces préparatifs dans le souffle de l’Esprit et sous la protection de la Vierge Marie qui méditait la Parole en son cœur.

Le comité.

XXe Congrès Interconfessionnel et International des Religieux du 24 au 29 août 2017 : « Comment la vie religieuse peut-elle contribuer au renouveau de l’Eglise ? »

Ce XXe congrès du CIIR s’est tenu en Bavière au sommet du Schwanberg, belle colline plantée de vignobles, nous rappelant ce verset de Jean 15, 5 : « Je suis la Vigne et vous êtes les sarments, celui qui demeure en moi et moi en lui porte beaucoup de fruit ».DSC_0147

Comme Jésus retiré sur la montagne pour prier, au sommet de cette colline, la communauté luthérienne des sœurs de Casteller Ring, fondée dans les années 50, prie et travaille en suivant la règle de Saint Benoît. Elles nous ont magnifiquement reçus dans le château qui tient lieu d’hôtellerie. Durant ces 5 jours de rencontre, elles nous ont portés par leur belle liturgie chantée en allemand sur les mélodies grégoriennes.DSC_0396

De cette prière partagée entre religieux et religieuses de toutes nations (Allemagne, Autriche, Tchéquie, Angleterre, Suède, Belgique, France, Espagne, Suisse, Italie, Grèce, Malte, Australie, Inde, Etats-Unis) l’Esprit est venu féconder Bénédictionnos rencontres et nos échanges.

L’Eucharistie ou la Sainte Cène, célébration primordiale de chaque jour, ont été célébrées selon nos différentes traditions : protestante, anglicane et catholique. La joie profonde du Christ qui se donne en nourriture pour notre salut vient alors se mêler à la grande souffrance de ne pouvoir le partager pleinement.

 

20170828_CIR-Kongress-Schwanberg_0084

 

Le thème du congrès, en lien avec le 500e anniversaire de la réforme, était « comment la vie religieuse  peut-elle contribuer au renouveau de l’Eglise ? ». Chaque demi-journée se partageait entre oraison, office divin, conférence et échanges en petits groupes selon les langues.

Sister AdelheidDès le premier jour sœur Adelheid de la communauté luthérienne du Kloster Wilfinghausen a illustré le thème en croisant les pensées des deux contemporains que sont Martin Luther et Ignace de Loyola, deux figures emblématiques de la Réforme et la Contre-Réforme. Heureuse rencontre au XXI e siècle de deux mondes restés opposés dans les siècles précédents. Mus tous deux par l’expérience forte de la grâce et de la miséricorde de Dieu pour eux, ils ont eu le désir de réformer l’Eglise de l’intérieur. Sœur Adelheid a alors détaillé quelques points communs de leurs écrits qui peuvent nous éclairer pour le renouveau de l’Eglise aujourd’hui : prière et silence, enseignement et accompagnement spirituel, amour des pauvres et obéissance au Christ et à sa Parole.

Cette conférence était un aperçu d’un travail plus vaste qu’elle a partagé avec Christiane Brendel et qui a fait l’objet d’une publication récente DSC_0193

« Martin Luther und Ignatius von Loyola », Ed. Echter 2017.

 

DSC_0239Le Père Conrad Scibberras, missionnaire de Saint Paul et membre du secrétariat pour la vie consacrée au Vatican, a donné dans un exposé clair et concis l’apport de la vie consacrée à l’Eglise catholique. Rappelant d’emblée que cet apport est plus de l’ordre de l’être que du faire. Des différents points qu’il a développés, celui de la communion a été particulièrement relevé dans les groupes de partage comme témoignage fondamental dans notre monde contemporain : communion entre frères et sœurs, entre com-munautés, entre Eglises à l’image de la première communauté de Jérusalem ayant un seul cœur et une seule âme en Dieu (Ac. 4 ,32).

Dans le cadre de la journée de visite à Würzburg, Sœur Anna-Maria, prieure de la communauté Christusbruderschaft à Selbitz, a donné sa conférence dans les locaux d’une église libre heureuse de nous accueillir. Un beau signe de communion avec ces communautés multiples qui se développent et que nos graDSC_0352ndes Eglises ne connaissent pas beaucoup. Avec une résonance particulière en ce lieu de prière évangélique, Sœur Anna-Maria nous a invités à nous laisser interpeller pour entendre ce que l’Esprit dit à nos communautés en dialogue avec notre monde en mutation. Elle a ainsi repris les grandes lignes d’une vie religieuse authentique à revivifier dans l’Esprit : Interroger les racines de nos ordres jusqu’à l’Evangile lui-même, mettant en pratique l’unique commandement « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force et ton prochain comme toi-même. » (Mc. 12,30-31). Prière, silence, vie fraternelle sont des espaces que nous pouvons offrir à nos contemporains en quête de vie spirituelle.

Frère JacobLa dernière conférence donnait la parole au frère Jacob, de la communauté anglicane de la Résurrection. Son intervention un peu provocatrice suscita un débat intéressant. Son regard critique posait la question de la perte de tradition dans son Eglise, d’une théologie parfois moralisatrice et pas suffisamment ancrée dans la contemplation de Dieu. Il appelait nos communautés à garder une tradition vivante pour remédier à l’absence ou, à l’opposé, à la radicalisation de la tradition.

Comme nous le rappelait le frère Nicolas Stebbing, président du CIIR, à la suite du fondateur, le père Zabala, qui parlait « d’unité par l’amitié », le congrès n’est pas d’abord un lieu de formation, mais aussi de rencontre, de connaissance mutuelle et de prière partagée. Ainsi, le quatrième jour a été consacré au silence et à la prière. Il fallait oser le faire dans un tel congrès, un jour sur cinq pour se taire et prier ensemble… et ce fut une très belle expérience. En solitude, nous avons écouté ce que Dieu dit aux Eglises et prié pour l’unité. En partageant le repas en silence nous avons appris à nous connaître autrement.

S. RuthCette journée a été ponctuée par trois méditations.

 

Sœur Ruth, prieure de notre monastère d’accueil, nous a fait approfondir le sens du mot latin « sapere », goûter.

Soeur PaulaSœur Paula, bénédictine catholique, nous entraina dans sa louange, comparant notre démarche d’unité dans sa diversité à un orchestre où chacun doit jouer sa note personnelle et irremplaçable pour contribuer à la beauté finale de la symphonie. Elle nous invitait à entrer dans l’attitude de la Vierge Marie qui « s’est toujours laissé agir par l’Esprit-Saint. ».

DSC_0383_1

Enfin, sœur Gina, franciscaine anglicane, nous fit entrer dans une démarche profonde de réconciliation à partir de l’icône de la Trinité de Roublev.

 

Cette journée de silence se conclut dans la joie et l’amitié par le barbecue offert et partagé avec les sœurs qui nous accueillaient.

 

DSC_0408

 

Le point d’orgue fut posé par nos sœurs orthodoxes grecques du monastère Saint Georges de Karaiskaki, leur liturgie nous menant à la paix et au silence de la nuit.

 

La connaissance mutuelle a pu s’exercer tout au long de la journée de visite à Würzburg. KilianCette cité a été évangélisée par les moines irlandais Kilian, Colman et Totnan martyrisés en 865, époque où l’Eglise était encore une. Nous avons été prier pour l’unité de nos églises dans la crypte de la cathédrale Saint Kilian où ils reposent. Un moment fort.

La ville fut régie ensuite par les princes-évêques qui jouissaient d’un grand pouvoir. A l’époque de Louis XIV, l’un d’entre eux se fit construire un petit Versailles au cœur de la ville, premier édifice de notre visite guidée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Würzburg fut aussi une des premières grandes universités d’Allemagne. Sauvagement bombardée 5 jours avant la fin de la guerre, elle est presque entièrement reconstruite. Du pont sur le Main qui traverse la ville nous avons aperçu l’ancien château fortifié sur l’autre rive, le port et les vignobles qui ont assuré la prospérité de la ville.DSC_0302

Après le pique-nique, nous sommes allés à la rencontre des religieux et religieuses de la région à Vinyard, l’Eglise libre dont nous avons parlé. Puis nous avons continué à découvrir l’Eglise locale lors de la belle eucharistie célébrée par l’Evêque catholique du lieu, monseigneur Friedhelm Hofmann.

Pour conclure, la soirée festive fut dédiée au frère Nicolas qui après 20 ans s’apprête à quitter la présidence du CIIR, ainsi qu’à sœur Mirjam Zahn qui l’a merveilleusement secondé durant toutes ces années, nous confiant que ce travail pour l’unité était pour elle « un appel dans l’appel ». Avec frère Jean de Chèvetogne, qui s’est aussi retiré, le comité organisateur va se renouveler.

Que la jeunesse bien présente lors de ce congrès et prête à s’investir soit le plus beau merci à vous qui avez porté ces rencontres et transmis le feu de votre désir : « qu’ils soient un comme nous sommes Un afin que le monde croie. »

DSC_0523

Le prochain congrès du CIIR en août 2017

La 20ème rencontre du CIR (Congrès International et Interconfessionnel de Religieux) se tiendra en Allemagne chez les sœurs bénédictines luthériennes à Schwanberg. Leur monastère situé près de Wurzburg occupe un vieux château situé au sommet d’une colline plantée de vignes.

  Du  jeudi soir 24 août au mardi matin 29 août 2017

Le thème de nos échanges fait référence au 500ème anniversaire de la Réforme :

 Comment la vie religieuse contribue-t-elle au renouveau de l’Église ?

Comme d’habitude, nous mettrons l’accent sur le vivre ensemble et la prière commune selon nos différentes traditions. Cette variété de nos expériences a toujours été pour nous un grand enrichissement

Colloque oecuménique de religieux et religieuses à Rome 22-25 janvier 2015

Colloque œcuménique de religieux et de religieuses

«La vie consacrée dans les traditions chrétiennes»

Le frère Nicolas Stebbing y a participé, lisez son témoignage en cliquant sur le lien suivant N.Stebbing article pilgrimage in Rome CIR

 

 

COMMUNIQUE FINAL

 Ce communiqué a été donné aux participants au Colloque œcuménique

  1. Une expérience inédite

Pour la première fois a été organisé au Vatican un Colloque œcuménique sur la vie consacrée, rassemblant une centaine de religieux et de religieuses de diverses appartenances ecclésiales- catholiques, orthodoxes, orthodoxes orientaux, anglicans, protestants- pour se connaître, prier, échanger leurs expériences et favoriser l’unité des chrétiens. Cette rencontre inédite, organisée du 22 au 25 janvier 2015, pendant la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, était une initiative de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique, en collaboration avec deux autres Dicastères du Vatican : le Conseil Pontifical pour la Promotion de l’Unité des chrétiens et la Congrégation pour les Eglises orientales.

Durant quatre jours intenses, ces hommes et ces femmes consacrés, qui tous ont voué leur vie à Dieu à la suite du Christ, mais selon des modalités très variées, ont fait une expérience privilégiée qui les a remplis de joie : découvrir leur profonde communion dans un même choix de vie et, en même temps, une heureuse diversité dans sa mise en œuvre.

Pour cela ils remercient le Seigneur et sont infiniment reconnaissants au Pape François qui, en instituant une Année de la vie consacrée au sein de l’Eglise catholique, a aussitôt associé ceux qui ont engagé leur vie de manière analogue dans d’autres Eglises, en encourageant « chaleureusement ces rencontres pour que grandissent la connaissance mutuelle, l’estime, la collaboration réciproque, de manière à ce que l’œcuménisme de la vie consacrée soit une aide à la marche plus large vers l’unité entre toutes les Églises » (Lettre apostolique à tous les consacrés, 21 novembre 2014).

  1. De multiples découvertes

Les participants ont beaucoup reçu de ces temps de rencontre : la parole des trois cardinaux chefs des dicastères organisateurs, la présentation de la vie consacrée selon chacune des trois grandes traditions, les témoignages des sœurs et des frères engagés, etc.

Ils ont, cependant, moins discuté d’unité, que fait une expérience authentique d’unité, en partageant des moments de dialogue fraternel entre eux et de communion avec Dieu, dans l’échange d’expériences et d’oraison, en communion de prière avec de nombreux religieuses et religieux contemplatifs.

Au fil de ces jours de rencontre et de dialogue fraternel, ils ont découverts ensemble ce qu’ils ont en commun : l’engagement à suivre le Christ (« sequela Christi »), sous des formes communautaires ou non, qui remontent aux premiers siècles du christianisme, alors que l’Eglise était encore indivise. Ils ont reconnu l’Esprit Saint agissant en eux pour faire croître le don de leur baptême commun. Ils ont davantage pris conscience d’avoir la vocation d’être « experts en communion », serviteurs de la réconciliation à promouvoir entre tous les disciples de Jésus : la vie consacrée, placée au cœur même de l’Eglise, se trouve au cœur du chemin des Eglises vers l’Unité.

Les participants ont pu aussi mieux saisir ce qui les distingue, mais ne les sépare pas, selon la diversité de leurs traditions ecclésiales : par exemple, la vie consacrée dans la tradition orientale peut être interprétée de diverses façons.

Une telle expérience a fait grandir en eux une double conviction :

– Quand les personnes consacrées répondent en vérité à leur vocation de femmes et d’hommes de communion, de réconciliation avec Dieu et entre eux, d’unification intérieure, de miséricorde, en étant « d’infatigables constructeurs de fraternité » (Pape François, ibid.), elles sont alors serviteurs de la communion dans l’Eglise et entre les différentes Eglises, sous l’action de l’Esprit saint qui suscite les charismes qu’ils vivent. La vie religieuse, par sa recherche d’union avec Dieu et à l’intérieur de la communauté fraternelle, en particulier lorsqu’elle réussit à réconcilier la diversité et à surmonter les conflits, réalise de manière exemplaire la prière du Seigneur pour que « tous soient un » (Jn 17, 21), et devient une « école d’œcuménisme ». La sainteté, qui passe par une communion toujours plus grande avec Dieu et l’amour fraternel jusqu’à la Croix – jusqu’au martyre, qui a mêlé le sang versé de tant de consacrés de toutes origines confessionnelles –, est l’unique chemin de l’Unité.

– En même temps, les avancées du mouvement œcuménique ont permis un échange de dons entre frères et sœurs des diverses Eglises. De cet enrichissement réciproque témoigne l’expérience de nombreuses communautés œcuméniques et d’associations interconfessionnelles de religieux et de religieuses.

 

 

  1. Des perspectives renouvelées 

Au terme de cette rencontre, les personnes consacrées qui y ont participé souhaiteraient voir multipliées des rencontres de ce type, suivant l’appel du pape François : « J’attends, non pas que vous mainteniez des « utopies », mais que vous sachiez créer d’autres lieux où se vive la logique évangélique du don, de la fraternité, de l’accueil de la diversité, de l’amour réciproque » (Lettre apostolique à tous les consacrés). Un tel échange de dons nécessite aussi une formation adéquate qui devrait être encouragée.

Les participants à la rencontre, retournant à présent dans leurs communautés et leurs Eglises, grandement enrichis de la grâce expérimentée en ces jours, espèrent vivre encore mieux avec leurs frères et sœurs leur commun appel à la sainteté et à la conversion, seul chemin d’unité.

Ils invoquent ensemble le don abondant de l’Esprit pour être, chacun personnellement et tous ensemble, toujours plus fidèles à Dieu, afin que s’accomplisse au plus tôt le grand désir du Christ pour tous ses disciples et pour toute l’humanité : « Père, que tous soient un, pour que le monde croie ! » (Jn 17, 21)

Rome, le 25 janvier 2015, en la fête de la Conversion de saint Paul.