ouverture du XXVIIIe congrès

Chercher l’unité sur les rives de la Vistule – Nicolas Stebbing, CR

TYNIEC 23 juin 2013 Introduction

Sœurs et Frères, bienvenue  au CIR ici, à Tyniec. Quelle joie de vous voir. Beaucoup d’entre vous sont de vieux amis. Quelques uns viennent pour la première fois. Je voudrais donc rappeler notre but.

Nous sommes ici d’abord pour célébrer l’unité que nous, frères et sœurs, nous avons déjà dans le Christ en tant que religieux. C’est bon de la célébrer ici dans un monastère bénédictin puisque saint Benoît est notre père à tous, ou peut-être notre grand’père.

Nous cherchons l’unité du corps du Christ. Nous le faisons d’abord en priant ensemble. Voilà pourquoi c’est important de nous rencontrer dans une communauté où la prière structure le temps. Nous nous joindrons à la prière de nos frères bénédictins plusieurs fois par jour pour que Dieu nous fasse un.

Nous cherchons l’unité en vivant ensemble. Notre société est devenue très fragmentée. Les gens vivent isolés ne se joignant que par Facebook et Internet. Nous sommes heureux de prendre nos repas ensemble en parlant. Nous forgeons des amitiés qui demeurent au-delà des divisions. C’est un œcuménisme de base sans lequel aucun œcuménisme théologique de haut niveau ne peut marcher.

Et nous le faisons ici en Pologne. Notre thème a deux sous-titres importants. L’unité n’est pas seulement théologique ou ecclésiale, elle doit s’incarner dans le monde d’aujourd’hui. La Pologne est un symbole. En septembre 1939 l’armée allemande a franchi la Vistule et envahi la Pologne et ce fut le début de la seconde guerre mondiale avec son héroïsme et ses tragédies dont beaucoup se sont déroulées sur le sol polonais. Dans les années 80 la résistance polonaise au communisme a contribué à faire tomber le communisme en Europe de l’Est. La géographie et l’histoire ont joué un rôle dans la formation de l’Europe. La tragédie, la souffrance et la culpabilité continuent d’empoisonner la vie des Européens. Nous en parlerons durant ce congrès ; ce sera douloureux pour beaucoup d’entre nous et important pour nos vies personnelles.

Aujourd’hui l’Europe a encore de nombreux problèmes : l’euro, les banques, la culture de l’argent, le chômage chez les jeunes. Nous ne pouvons résoudre ici ces problèmes mais nous devons les connaître. Nous devons demander ce que nous pouvons faire en tant que frères et sœurs du Christ dans le monde. Jésus Christ, Dieu, s’est fait pleinement homme. Nous qui centrons nos vies sur Dieu, devons aussi, prendre pleinement part à ce monde que Dieu a fait en nous rappelant néanmoins les paroles de Jésus « cherchez d’abord le royaume de Dieu et le reste vous sera donné par surcroît » ( Lc 12,31).

Bon Congrès et priez Dieu d’approfondir notre unité et de nous rendre de meilleurs ouvriers dans ce monde.